A - UN LABORATOIRE MULTIDISCIPLINAIRE CREE EN 1986

 

Le Centre d’Etude et de Recherche en Economie, Gestion, Modélisation et Informatique Appliquée (CEREGMIA) a été créé en juin 1986.

 

A l’image de l’Université des Antilles et de la Guyane (devenue Université des Antilles en juin 2015), le CEREGMIA est implanté sur trois territoires : Guadeloupe, Guyane et Martinique.

 

Laboratoire multidisciplinaire, son objectif est la recherche fondamentale et appliquée.

 

Mais le laboratoire conduit aussi des travaux d’expertise divers pour les socioprofessionnels.

 

Avec un effectif de 41 personnels dont 10 professeurs, 26 maîtres de conférences, 3 assistants, 2 personnels administratifs, une cinquantaine de doctorants, et une centaine d’étudiants en master, le CEREGMIA est l'un des laboratoires les plus importants de l’Université des Antilles et de la Guyane tant par sa taille que par sa production scientifique.

 

Le CEREGMIA est le seul laboratoire où l’on assure la formation et l’encadrement doctoraux en EconomieGestion sur le pôle Martinique de l’UA.

 

Ses activités couvrent neuf disciplines ou sections CNU qui en constituent la force. Il s’agit du : droit public (02), économie (05), gestion (06), géographie physique, humaine et régionale (23), aménagement de l’espace et de l’urbanisme (24), mathématiques (25), mathématiques appliquées et applications des mathématiques (26), informatique (27), Génie électrique, électronique, photonique et systèmes (63).

 

Cette transversalité permet au laboratoire de disposer d’une visibilité et de compétences qui contribuent à affirmer l’interdisciplinarité, la lisibilité ainsi que le rayonnement hors de ses frontières naturelles.

 

Le CEREGMIA est structuré en cinq équipes de recherche :

 

- Equipe 1 : Outils fondamentaux

- Equipe 2 : Modélisation et santé

- Equipe 3 : Terre, mer, ressources et environnement

- Equipe 4 : Dynamiques des sociétés et des entreprises

- Equipe 5 : Risques

 

Son activité multidisciplinaire est déployée dans des domaines de recherche importants pour la poursuite d’un développement durable au XXIe siècle, pour une meilleure connaissance des territoires de la Caraïbe et pour les formations supérieures qui en découlent.

 

Certains de ces domaines constituent également des appuis à l’innovation, particulièrement dans le contexte des régions ultrapériphériques. On peut citer sans être exhaustif : l’économie du développement, l’économie du tourisme, le marché du travail, l’économie internationale, les petites économies insulaires, l’aménagement du territoire, la géographie, les risques naturels, le contrôle optimal, les équations différentielles, l’informatique appliquée, etc. L’amélioration des « passerelles », voire des synthèses, entre les différentes disciplines de recherche et d’enseignement pratiquées au sein du Laboratoire, est même déjà en soi une innovation.

 

Ces domaines de recherche « irriguent » des enseignements (eux-mêmes multidisciplinaires) dispensés sur deux années à environ 100 étudiants dans un Master scindé en deux grandes spécialités « Economie et Gestion des Entreprises et des Institutions Financières » et « Gestion et Evaluation des Collectivités et des Administrations » et plusieurs parcours.

 

Ainsi, positionné dans des disciplines académiques soumises à une forte concurrence, le CEREGMIA a néanmoins réussi à attirer sur ses thématiques de nombreux enseignants-chercheurs d’autres Universités et à former sur place nombre d’étudiants qui contribuent à renforcer le capital humain de la région Caraïbe et à moderniser son tissu productif et administratif local.

 

Financé par une dotation budgétaire annuelle ministérielle d’environ 40 000 euros qui s’avère largement insuffisante pour le fonctionnement d’un laboratoire de sa taille, le CEREGMIA recourt à d’autres sources de financement complémentaires comprenant les appels à projets lancés par l'UA dans le cadre du Bonus Qualité Recherche (BQR), les contrats, conventions, projets avec des organismes externes.

 

© 2017 par Comité Soutenons le  CEREGMIA et la RECHERCHE