Sortir du silence et de l'inaction

Seuls le silence et l’inaction détruisent, car c’est bien d’eux que se nourrit toute oppression.

 

LA SAGESSE

Lorsque la folie humaine rencontre la passivité, elle est en mesure de tout anéantir sur son passage. Aussi est-il du devoir de la responsabilité d’en être le rempart lorsqu’elle se manifeste.

 

Telle est la situation qui prévaut aujourd’hui au Centre d’Etude et de Recherche en Economie, Gestion, Modélisation et Informatique Appliquée (CEREGMIA), ce laboratoire de recherche de l’Université des Antilles (UA) situé sur le campus de Schœlcher à la Martinique.

 

En effet, le CEREGMIA, le laboratoire, le plus grand de l’UA, tant par sa taille, sa production scientifique que son implication socioprofessionnelle, et l’un des plus dynamiques joyaux de l’Université en matière de formation doctorale, de rayonnement international (voir rubrique CEREGMIA : présentation), est soumis à une lapidation médiatique continue jamais vu de mémoire d’homme aux Antilles (voir rubrique CEREGMIA : chronologie d'une destruction) depuis deux ans.

 

Rapports à charge, instrumentalisation de rapports, dénigrements et calomnies médiatiques effrénés, harcèlements médiatiques, moraux et judiciaires, sont les moyens mis en œuvre.

 

La jalousie humaine reste in fine la motivation réelle de cette entreprise dont le but clairement avoué est la destruction à terme du laboratoire. Cette folie destructrice dont plus d’un s’indigne aussi bien aux Antilles qu’ailleurs, prospère cependant sur un terrain fertile que sont la passivité et l’inaction.

 

Ces dernières risquent de conduire, à terme, à l’anéantissement du laboratoire.

 

 

 

 

C’est pourquoi est créé le COMITE SOUTENONS LE CEREGMIA ET LA RECHERCHE, dans le but de préserver ce laboratoire qui est un pilier majeur de l’Université des Antilles, un acteur socioprofessionnel de premier plan et un instrument précieux de développement territorial au service des Antilles.

 

Et c’est pourquoi il est important de rejoindre le Comité soutenons le CEREGMIA et la Recherche.

© 2017 par Comite de soutien CEREGMIA